4 choses à savoir sur le marché immobilier de Minorque

Vous pensez acheter un bien immobilier à Minorque, en Espagne ?

Votre projet en est au stade de la réflexion, ou vous avez peut-être déjà entamé des recherches voire un processus d’achat immobilier ?

C’est que vous avez compris que Minorque est un joyau des Baléares, une île de verdure avec seulement 5,7% de sa surface urbanisée. Elle a d’ailleurs été déclarée devant l’UNESCO en 1993, comme réserve de la biosphère.

Longtemps boudée des investisseurs qui tournaient leurs regards sur ses deux soeurs Majorque et Ibiza, Minorque connaît depuis une dizaine d’années un regain d’intérêt des acheteurs étrangers et notamment des francophones.

Cependant, le tourisme de Minorque est silencieux et respectueux. Ici, pas de discothèque de 5.000 personnes, pas de tourisme de masse et de surconsommation. Les habitants le savent et prennent le temps de vivre. Le marché immobilier de Minorque a lui aussi ses caractéristiques, du fait bien sûr de son caractère insulaire, mais également pour d’autres raisons.

Explications.

Minorque : un marché immobilier solide

En préservant sa nature, Minorque préservait (sûrement sans le savoir à l’époque), également son marché immobilier. Les prix à Minorque ont tout pour rester solides, et cela pour deux raisons principales :

  • La limitation des constructions neuves. Car qui dit limitation de l’offre combinée à une demande croissante, dit hausse des prix.
  • 66% de la superficie de l’île est déclarée réserve naturelle et ne verra jamais un seul projet de construction se concrétiser. Cela limite davantage l’offre possible de logements, mais distingue toujours plus l’île de ses soeurs, qui elles continuent à construire, et favorise donc son caractère différenciant.


Notons bien sûr que lors de la crise immobilière de 2008, Minorque a été affectée comme tout le reste de l’Espagne, mais ses fondamentaux sont les mêmes qu’aujourd’hui.

 

Minorque : un marché immobilier fragmenté

Une récente étude de l’OBSAM, (l’Observatoire Socio Environnemental de Minorque) a mis en avant la répartition des logements de l’île dans le but de connaître le nombre de logements inoccupés, et comprendre l’ampleur que prend le marché de la location touristique. Il en résulte que 10%(~5000) des 50.000 logements que compte l’île seraient inhabités, 30% (~15.000) seraient destinés à de la location touristique, et 60% (~30.000) seraient à usage résidentiel.

  • Le nombre d’appartements ou de maisons inhabitées sur l’île est une donnée difficile à obtenir. Il a été calculé en prenant en compte les biens en ruine, les propriété de banques les logements en très mauvais état. La consommation d’eau de ses logements a aussi été analysée, tout comme les reçus de paiement de l’IBI (Impôt foncier)
  • Le nombre de biens à des fins de location touristique a été calculé en croisant le nombre logements mis en location sur Airbnb, Homeaway, Niumba, ainsi que ceux ayant obtenu une licence touristique auprès de la mairie.
  • Le nombre de logements à usage résidentiel a bien évidemment été calculé en se basant sur le nombre de personnes empadronadas, c’est à dire recensées auprès de la mairie.

 

Minorque : un marché immobilier francophone

D’abord fréquentée dans les années 70 par les anglais et les Allemands, l’île a connu une longue période calme sans réel mouvement touristique. Il est vrai que cette île plutôt discrète et secrète n’a pas toujours été facile d’accès. En effet, pendant la guerre civile espagnole, Minorque avait choisi de rester républicaine, et non nationaliste comme ses deux soeurs Majorque et Ibiza. Franco ne fit rien pour favoriser l’essor du tourisme et laissa l’île sans aéroport (la construction de l’aéroport de Minorque date seulement de 1969). Les premiers touristes étrangers préférant donc la commodité des autres îles des Baléares. C’est en partie ce qui fait que Minorque est longtemps restée de côté. Un mal pour un bien que les habitants actuels savent apprécier.

En moins de 10 ans, les touristes Français ont été multipliés par 10, passant d’un peu plus de 3.000 Français en 2011 à 62.700 en 2017. Les Français achètent des finca (ces maisons rurales, anciens corps de ferme), et investissent dans l’immobilier touristique. Rassurez-vous, Minorque ça n’est pas encore l’île de Ré ; des 1,7 millions de touristes annuels, seulement 3,5% sont Français, un chiffre en constante augmentation cependant.

Minorque : un marché immobilier disparate

D’une zone à l’autre de l’île les prix peuvent varier du simple au double. On trouvera par exemple des petits appartements accessibles dans les zones de Cala Blanca, Cala Santandria, ou même à Ciudadela et Mahon, pour des budgets de moins de 70.000€. Comptez pour ces entrées de gamme des prix au mètre carré entre 1.500€ et 2.000€.  En revanche, dès lors que l’on recherche un produit présentant des caractéristiques immobilières recherchés, les prix peuvent vite s’envoler sur du 5.000€ au mètre carré. C’est le cas de cet appartement vue mer à Playa de Fornell (Es Mercadal), de 70m2, 3 chambres, en vente à 330.000€

maison avec terrasse vue mer à vendre à minorque