Dossier spécial : y a-t-il un âge pour investir dans l’immobilier en Espagne ?

Que l’on arrive tout juste dans la vie active ou que l’on soit retraité, les projets d’investissement immobilier sont souvent perçus comme étant l’apanage des générations plus mûres. Une idée souvent associée à un pouvoir d’achat supérieur, et au niveau de réflexion et de maturité que requiert un tel projet. 

Pourtant, si l’on en croit une récente étude de l’institut Harris Interactive pour le Conseil supérieur du notariat français, l’âge moyen du premier achat immobilier est passé de 38 ans à 32 ans en seulement quelques années.

Nous nous sommes donc posés les questions suivantes : 

Ce postulat n’est-il pas une idée préconçue ? Y a t-il réellement des barrières pratiques à l’achat d’un bien en Espagne, en relation avec l’âge du néo acquérant ? Et si l’investissement immobilier n’était pas plutôt un projet intergénérationnel ?

Y a-t-il un âge pour emprunter ?

D’abord une question de choix de banque

La première étape d’un projet d’achat immobilier est bien entendu le financement du bien. Vous aurez alors le choix de concrétiser votre projet d’achat en sollicitant une banque française ou bien une banque espagnole. Pour vous aider à prendre votre décision, nous avons rédigé pour vous une fiche pratique qui résume les avantages et les inconvénients de chaque cas de figure.

Il faut ainsi savoir que la législation sur l’accord de prêt immobilier en Espagne est moins compliquée qu’en France. Néanmoins, lorsque vous traiterez avec les banques, celles-ci vous demanderont un apport personnel largement supérieur à celui généralement demandé en France. De même, les taux d’intérêts proposés pour les non résidents sont plus élevés que pour les emprunteurs locaux, surtout si votre achat concerne une résidence secondaire. La question de l’emprunt est donc avant d’être une question d’âge, une question de stratégie, c’est pourquoi il faudra bien vous renseigner avant de vous lancer, et ce peu importe l’âge que vous avez !

Mais également une histoire d’âge !

Mais l’âge peut effectivement être un critère important pour se voir accorder un prêt. En effet, la plupart des entités bancaires espagnoles fixent un âge maximal à partir duquel le remboursement doit être effectué. Généralement, cet âge butoir est fixé entre 65 et 75 ans selon les banques. 

Il y a donc bien un âge pour emprunter ! Et celui-ci est compris entre la majorité légale et l’âge maximum fixé par la banque et par la législation du pays dans lequel vous empruntez.

Ainsi, un jeune investisseur peut se permettre de prendre son temps avant de se lancer dans un projet d’achat immobilier, mais un retraité ne disposant pas de fonds suffisants devra préparer son projet en amont, au risque de se voir refuser un prêt bancaire.

La capacité d’emprunt dépend aussi de l’âge

Le terme désigne le nombre d’années nécessaires au remboursement du prêt, capital et intérêts compris. La durée de remboursement d’un prêt s’étale sur plusieurs années, et ce terme ne peut pas excéder 25 ans pour les non résidents, quand la durée maximale accordée par les banques espagnoles est de 40 ans pour les résidents !

De plus, l’âge du souscripteur a également un impact sur la négociation de la durée du terme. Plus son âge sera élevé, plus il sera difficile de négocier une longue durée de remboursement de prêt.

En ce sens, il est fortement conseillé de disposer d’un apport conséquent lorsque l’on a passé un certain âge, afin de n’avoir plus qu’à emprunter le complément nécessaire à l’achat du bien immobilier, car il sera moins aisé de négocier un terme de longue durée.

Question de point de vue

En résumé, l’âge a bien une incidence directe sur la capacité d’un investisseur à emprunter, et donc à mener à bien le financement de son projet immobilier.

Un jeune souscripteur aura la possibilité d’emprunter sur une plus longue durée, sans se soucier de l’âge limite pour se lancer dans l’achat d’un bien.

Cependant, il ne faut pas oublier que plus la durée de remboursement est élevée, plus les taux d’intérêts sur le montant emprunté augmentent également.

Il faut aussi prendre en compte le fait qu’un jeune investisseur possède en règle générale des revenus moins élevés et un apport plus modeste, ce qui rendra automatiquement les offres de prêt des banques moins séduisantes.

Quand il s’agit de prêt bancaire, il y a donc des avantages et des inconvénients inhérents à chaque génération !

Y a-t-il un âge pour payer moins d’impôts ?

Des frais liés à l’acquisition immobilière

Vous le savez probablement déjà, mais lors de l’achat d’une propriété, il faut prendre en compte un ensemble de frais liés à la vente, que nous vous avons listés dans cette fiche pratique

En effet, le prix d’achat du bien n’est pas le montant exhaustif de la dépense lié à votre projet d’achat immobilier, et ne comprend donc pas tous les frais qui s’ajouteront.

Si les inévitables frais de notaire, frais d’enregistrement du bien, et les éventuels frais d’agence sont fixes et ne varient pas en fonction de l’âge, ce n’est pas toujours le cas des taxes et des impôts entourant un projet d’achat.

Une fiscalité plus avantageuse pour les + de 65 ans

Si vous souhaitez acheter un bien en Espagne pour y vivre à l’année, sachez que vous deviendrez automatiquement résident fiscal espagnol, comme vous pouvez le lire dans notre fiche pratique sur le sujet.

Il s’agit en particulier d’une bonne nouvelle pour les néo acquéreurs qui feraient le choix d’aller couler leurs vieux jours au soleil ! En effet, l’impôt sur le revenu espagnol (l’IRPF) a fait l’objet d’une réforme en novembre 2014.
Celle-ci inclut notamment la prise en compte de l’âge, pour la majoration de la tranche non imposable. Cela signifie que cette tranche non imposée par les impôts espagnols augmente une fois passé 65 ans, et encore plus une fois passé 75 ans. À revenu égal, une personne physique de plus de 65 ans sera donc moins imposée qu’un jeune résident espagnol de nationalité française.

L’âge du bien compte aussi !

Et oui il n’y a pas que les personnes physiques qui possèdent un âge… Les biens en ont un aussi, et cela compte pour le calcul des impôts liés à sa vente ! 

Si les frais liés à la vente sont comparables entre l’achat d’un logement d’occasion et une construction neuve, ce n’est pas le cas des impôts dont sont redevables les futurs propriétaires.
Si cela vous intéresse et que vous désirez en savoir plus sur le sujet, on vous a listé les avantages et les inconvénients de l’achat d’un logement neuf face à l’acquisition d’un logement ancien dans la fiche pratique, que vous retrouverez en cliquant ici.

Y a-t-il un âge pour se faire accompagner dans un projet d’achat immobilier ?

Pas du tout !

S’il y a bien une chose que l’on vous garantit, c’est que l’âge n’a pas grand chose à voir avec la nécessité d’un accompagnement rigoureux tout au long du processus d’un achat immobilier à l’étranger.

La barrière de la langue, la différence entre les législations, la méconnaissance d’une ville que l’on convoite pour en faire notre nouveau nid douillet, ou même la capacité de rentabilité… sont autant de choses qui ne s’improvisent pas, et qu’il est bon de déléguer à un professionnel du secteur !
C’est dans cette perspective que nous vous avons rédigé un guide de l’acheteur que vous pouvez télécharger gratuitement en cliquant ici. Même si, entre nous, rien ne vaut l’accompagnement complet de nos experts ! N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec l’un d’eux en cliquant ici.

Il faut de tout pour faire un monde

Chez J’achète en Espagne, la tranche d’âge majoritaire de nos clients est située entre 40 et 55 ans. Mais nous accompagnons dans leur projet immobilier des francophones de tous les âges. 

C’est ce dont témoigne notre série d’articles intitulée Success Story que vous pouvez retrouver sur notre blog. Vous y retrouverez les aventures de plusieurs de nos clients, que nous avons mené jusqu’à l’achat ou à la vente de leur bien.

Preuve que bien s’entourer dans le cadre d’une recherche de bien à l’étranger est une affaire totalement intergénérationnelle, et que cela intéresse les jeunes couples, comme les retraités !

… Et finalement, y a-t-il un âge pour avoir des projets ?

Jeune investisseur de 19 ans, Arnaud nous répond

Pour répondre à la question posée par cet article, nous avons donc interrogé Arnaud, 19 ans, qui a sauté le pas à l’âge auquel beaucoup sortent tout juste du lycée ou obtiennent à peine leur baccalauréat.

Vous retrouverez prochainement son interview complète sur notre blog, mais en attendant, en voici un extrait dans lequel il  répond à la question délicate que nous nous sommes posée : Y a t-il un âge pour investir ?

Bonjour Arnaud, peux-tu te présenter brièvement s’il-te-plait ?

Je m’appelle Arnaud Attentia, j’ai 19 ans, je suis en école de commerce en Espagne à ESADE qui est une école de Management et d’administration des entreprises. Je suis en deuxième année et j’ai toujours été intéressé par le domaine des finances personnelles au-delà de la finance de manière plus générale. 

J’ai donc fait le choix de me lancer sur plusieurs types d’investissement, dont l’immobilier, les cryptomonnaies, la bourse…. Enfin voilà, tout ce que j’ai trouvé pour diversifier le peu de capital que j’ai.

Au-delà des compétences théoriques que tu as acquises sur l’investissement (en t’y intéressant et en y consacrant tes études), pourquoi avoir choisi l’immobilier ?

J’ai commencé vraiment à me renseigner quand j’avais 17 ans car je commençais à me rendre compte que dans ma famille, mes parents s’étaient intéressés assez tôt au domaine de l’immobilier et notamment que ma mère ne regrettait pas du tout d’avoir investi jeune dedans, surtout quand elle s’aperçoit aujourd’hui des bénéfices que ça a généré, et qui ont fait de ce choix un investissement aux retours particulièrement rentables. 

Mes parents n’ont donc aucun remord d’avoir investi dès la trentaine ! C’est cela qui m’a fait ouvrir les yeux. Je me suis dis que j’étais jeune, et que mon plus grand atout ce n’était pas mon argent mais surtout mon temps. C’est pourquoi je me suis pas mal formé sur internet au sujet de l’investissement immobilier. Puis j’ai décidé de sauter le pas.

Toi qui t’est lancé tôt, penses-tu qu’il y ait un âge plus propice qu’un autre pour investir dans la pierre ?

Je pense qu’il n’y a pas d’âge pour investir dans le sens où ce n’est pas une histoire d’âge. Je crois qu’il s’agit surtout d’une question de maturité. Il faut se demander si on se sent prêt pour acheter un bien, se questionner sur les responsabilités qui en découlent, si le stress de l’achat, de la location, de la gestion du bien… vont être gérables.

Selon moi il y a des gens qui se sentent prêts plus tard, moi je me sentais prêt à 19 ans, peut-être même avant d’ailleurs ! Et finalement il y en a qui vont être prêts à 30 ans, à 40 ans… 

En tout cas quand on est jeune, l’avantage c’est que, ok on a moins d’argent par rapport à des gens plus vieux qui auraient plus d’apport et d’arguments pour emprunter, ou même toutes les liquidités pour acheter directement, mais on a plus le temps !

Que veux-tu dire par là ?

Imaginons que le projet se passe très mal, ce qui peut arriver si on est mal accompagné, on a des dizaines et des dizaines d’années devant nous pour trouver une solution, pour amortir des pertes sur investissement ou je ne sais quoi…

Et en plus ce n’est souvent pas à 19 ans qu’on a une famille à charge, qu’on a un travail très prenant, qui fait qu’on n’a pas le temps de s’organiser pour un investissement immobilier, donc oui je pense qu’à 19 ans on a des avantages différents de ceux qu’on a à 30 ans, dont celui d’avoir plus de temps pour anticiper les éventuelles mauvaises surprises.

Des problématiques qui diffèrent en fonction de l’âge

Vous l’aurez compris, il n’y a pas vraiment d’âge clef pour investir dans la pierre en Espagne. Il existe cependant une limite à laquelle il sera plus difficile d’emprunter une somme sur un long terme, ce qui implique que le projet doit être préparé en avance ou que les revenus doivent être confortables, afin d’assurer le remboursement d’un prêt sur court ou moyen terme.

Quant aux générations les plus jeunes, il leur sera nécessaire de constituer une situation professionnelle, financière et personnelle bien établie. Pourtant, c’est souvent une question de maturité face au projet que l’on oppose aux plus jeunes investisseurs.

Chez J’achète en Espagne, nous sommes convaincus que la détermination de chaque individu dans ses projets est indépendante de l’âge ! 

Et si les barrières n’étaient finalement que dans la tête ?