La quarantaine, une pratique connue à Minorque, bien avant le coronavirus

Si vous passez vos vacances aux Baléares et en particulier à Minorque, vous aurez sûrement déjà entendu parler du Lazaret de Mahón. Bien avant la crise du Coronavirus, on construisait des “Lazarets” véritables forteresses sanitaires de mise en quarantaine des passagers, équipages et marchandises en provenance de ports où sévissaient des épidémies. Combien de temps cette pratique a-t-elle duré ? Quel lien avec la pandémie du COVID-19 ?

Origines des Lazaret

Selon Wikipédia, Le mot « lazaret » tirerait son origine du nom de « Lazare », protagoniste d’une parabole de l’Évangile selon Luc. Le premier État à instituer la quarantaine par la loi, pour le bon fonctionnement des hôpitaux et ainsi prévenir la contagion potentiellement liée à son commerce, est la république de Venise, au xve siècle : sur décision du Senato le premier lazaret est fondé sur une île, appelée depuis Lazzaretto Vecchio, à proximité de la ville-État, en 1423. Par la suite, on appela « lazaret », tout établissement où l’on mettait en quarantaine les malades contagieux (lèpre, peste ou choléra). Outre la lèpre, contre laquelle on invoquait saint Ladre, l’autre grand fléau du Moyen Âge était la peste.

Depuis cette pratique de quarantaine est entrée dans les moeurs et de nombreux « lazarets » ont été construits dans de nombreuses régions du monde. L’Espagne étant une péninsule et possédant deux archipels que sont les Baléares et les Canaries, a évidemment aussi construits ses propres Lazarets. Certains Lazarets comme ceux de Vigo et La Corogne, respectivement sur l’île de San Antón et l’île de San Simón sont aussi connus et emblématiques de ces crises sanitaires en Espagne.

Attention ! L’île de Lanzarote n’a rien à voir avec un établissement de mise en quarantaine, l’île des Canaries doit son nom au navigateur Gênois Lancelotto Malocello qui l’a découverte en 1312, bien avant la construction du premier établissement de mise en quarantaine.

Le Lazareto de Mahón à Minorque

Le Lazaret de Mahón est une île du port éponyme sur laquelle débuta en 1793 la construction d’une fortification pour isoler les personnes atteinte de la peste Bubonique. La pandémie était arrivée sur l’île par les côtes d’Afrique du Nord et de l’Est et un isolement était nécessaire pour toute personne ou marchandise arrivant à Minorque. 

La forteresse resta en activité 100 ans. Sa construction fut achevée en 1817 et son utilisation interrompue en 1917. Pendant cette période, l’île (et sa forteresse), auront connu deux épidémies de fièvre jaune (1821 et 1876) et une de Tifus (1821) Elle est depuis propriété du Ministère de la santé espagnol.

Désormais, après quelques travaux de rénovation, la forteresse se visite et accueille des congrès nationaux et internationaux. Ou plutôt accueillait… jusqu’aux débuts du Coronavirus !

Si vous souhaitez acheter une maison ou un appartement à Minorque, contactez-nous !