Karim : success story #5

Les montagnes russes vues par une française aidant un algérien en Espagne. Cette histoire est l’incroyable menace administrative à laquelle Karim a dû faire face et que nous l’avons aidé à dépasser avec succès.

Qu’importe le temps que nous passons sur un dossier, notre satisfaction est celle de nos clients. Et cette satisfaction c’est le succès de l’opération. Nous nous battons corps et âme pour y arriver. Et nous en sommes fiers. Voici l’histoire de Karim.

Karim

Cette histoire nous est racontée par Perrine, la responsable de l’agence de Valence.

Parfois, un chasseur immobilier est tenu de garder la tête froide, car même si un compromis est signé, le travail est loin d’être terminé. J’aimerai parler ici de cette lutte que l’on mène parfois entre la signature du compromis et la vente d’un bien immobilier. 

C’est LA fameuse partie immergée de l’iceberg, qui transporte avec elle son lot de surprises : rarement bonnes, souvent mauvaises, faites de négociations haletantes et de stress. Acheter un bien immobilier ce n’est pas anodin et nous en avons conscience, le projet que vous nous confiez devient aussi le nôtre et son aboutissement devient notre priorité. 

Karim, père de famille et chef d’entreprise, souhaitait acquérir un appartement à Valence pour le mettre en location afin que ses enfants puissent en profiter par la suite. J’ai cherché et trouvé par un truchement de contact immobilier une promotion neuve encore en construction près du centre de Valence, et qui convenait en tous points aux critères recherchés. L’achat devait être fait dans les deux mois suivant la signature du compromis. 

Une des étapes administratives obligatoires que nous réalisons fréquemment est l’ouverture d’un compte bancaire à l’acheteur, afin qu’il puisse payer d’une part l’appartement, mais surtout pour y domicilier les charges et impôts futurs. Malheureusement, la nationalité algérienne de Karim a été un obstacle dans cette étape, car depuis quelques semaines, les banques s’étaient montrées plus rigides et celle auprès de qui il avait ouvert son compte bloquait fréquemment les arrivées de fonds, ce qui empêchait l’approvisionnement du compte et donc l’achat de l’appartement. 

Octobre 2018 : il ne restait plus que quelques semaines avant l’échéance de la vente mais la somme présente sur le compte de Karim était loin d’être suffisante.. Il fallait faire une annexe au contrat au plus vite pour déplacer l’échéance et protéger mon client car, pas de blague en Espagne, si la date butoir est dépassée, l’acompte versé au vendeur n’est légalement plus récupérable par le futur acheteur.  

S’en suivirent de longues négociations comme le promoteur était en position de force : ses appartements se vendaient comme des petits pains et il n’aurait eu aucun mal à trouver un autre acheteur pour ce bien ! Pas le choix, il lui fallait plus d’argent afin d’obtenir l’assurance que les délais seraient prolongés. Karim accepta de repousser la vente en Janvier, grâce à une nouvelle avance de 10% du prix du bien qui venait s’ajouter aux 10% déjà versés. 

Une prolongation des délais n’est pas chose rare en immobilier et nous savons mieux que personne que l’achat d’un bien n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

Mais parfois, nous devons faire face à des délais administratifs incompréhensibles : notre métier nous apprend néanmoins à les accepter et à prendre du recul, car convaincre le vendeur d’accepter une nouvelle date peut être encore plus long.

Je vous épargne de nombreux paragraphes sur les montagnes russes qui ont teintées chacune des négociations. L’échec n’était pas une option et la seconde bataille, menée cette fois en parallèle avec les banques, (oui car nous avons accompagné Karim dans l’ouverture de plusieurs comptes bancaires pour maximiser ses chances d’approvisionnement de fonds) a aussi été rude ! Mais Karim n’était pas seul et moi non plus : nous avions avec nous, toute l’équipe de J’achète en Espagne pour nous aider à démêler ces nœuds et aller de l’avant.   

La vente, je l’ai moi-même signée par procuration, devant notaire à Valence. Le combat était gagné et Karim est maintenant l’heureux propriétaire d’un appartement flambant neuf qu’il loue depuis plus d’un an avec les services de gestion locative de J’achète en Espagne.”

Notre réseau d’agence immobilière J’achète en Espagne, présent à Valence, mais aussi à Minorque, à Malaga et à Barcelone, vous accompagne tout au long de votre projet immobilier.