Le viager immobilier en Espagne

picto agence immobilière valence

Le viager immobilier en Espagne (renta vitalicia) réserve de belles surprises. Les prix étant généralement plus bas que dans les pays francophones, cet investissement à moyen/long terme permet d’acquérir un bien plus facilement qu’un achat classique, grâce à l’échelonnement de son paiement. Ce type de transaction à valeur sociale, permet d’optimiser les avantages financiers fiscaux du vendeur et de l’acquéreur. Découvrez-les dans notre article dédié au viager immobilier en Espagne.

Comment ça marche ? 

On peut devenir propriétaire d’un bien, de plusieurs façons. La location avec option d’achat en est une et le viager immobilier, une autre. Le principe est simple : 

  • L’acheteur s’engage à verser une rente mensuelle au vendeur, qui occupe les lieux, jusqu’à son décès.

L’acheteur devient propriétaire dès la signature du contrat. C’est pourquoi, les deux parties doivent être assistées par un notaire le jour J.


À noter :

le vendeur doit avoir au minimum 65 ans, et l’acheteur doit avoir au minimum, vingt ans de moins.

C’est une démarche responsable, et particulièrement intéressante aux personnes âgées qui n’ont pas d’héritiers, ou au contraire, qui s’en soucie. Les rentes mensuelles qu’ils recevront couvrira leurs dépenses (alimentaires, médicales, eau, gaz, électricité) et simplifieront les choses après leur dernier souffle.

Le viager en Espagne

Les avantages et inconvénients d’acheter en viager

Le premier avantage, c’est l’accessibilité de ce type d’opération. Acheter un bien en viager nécessite peu de capital de départ, et permet de devenir propriétaire sans avoir recours aux banques.

Le second avantage, c’est la compétitivité de ce type de biens, qui s’explique par leur état.

Le troisième, c’est que vous achetez un bien en marge des fluctuations du marché. Le viager vous permet d’acheter en dessous des prix actuels, et d’en devenir pleinement propriétaire au moment où les prix auront forcément montés (dans 5, 10, 15 ou 20 ans).

Le quatrième avantage, c’est la garantie d’un achat en viager, qui est strictement réglementé par le Code civil espagnol, depuis 1889.

Il y a aussi quelques inconvénients, côté acheteurs, et vendeurs. Pour l’acheteur :

– les frais de notaire sont à sa charge

– le prix final peut être supérieur à la valeur réelle du bien si le vendeur à une longue durée de vie

– le bien est vendu en l’état et les travaux de rénovation sont à sa charge

– le contrat peut être annulé si le vendeur décède dans les 20 jours après la signature du contrat ou d’une maladie avérée connue par l’acheteur au moment de l’achat

– le contrat peut être annulé s’il décède avant le vendeur.

Pour le vendeur :

– ses héritiers gagnent en tranquillité mais perdent le bien immobilier

– il ne peut pas accepter d’autres propositions d’achats.

Qui peut faire un viager ?

Toute personne physique ou morale majeure. L’acquisition d’un bien en viager peut se faire en privé ou par le biais d’une société d’investissement immobilier, telle qu’une SCI, pour la France ou la Belgique.

Le coût du viager

Le prix dépend du type d’investissement en viager convenu. Même si sur ce marché, encore peu développé, on parle d’un modèle, on peut investir de trois manières différentes dans le viager :

Ce qui signifie que le bien est inhabité, lorsque vous l’achetez. On peut l’obtenir par le biais d’une agence qui avait conclu un contrat de viager avec les propriétaires, placés en maison de retraite. Bien qu’ils soient rares, le prix de ces biens est généralement en dessous des prix du marché, ou font partie de ceux que vous pouvez bien négocier. Vous devenez donc propriétaire et occupant après la signature de l’acte authentique (Escritura) chez le notaire.

Dépends non pas de la durée de vie des personnes occupantes, mais d’un nombre de rentes mensuelles, convenus au préalable. Le vendeur peut se réserver le droit d’y résider à vie. Dans ce cas, ce n’est qu’après le décès du vendeur que l’acheteur pourra occuper sa propriété.

Le vendeur occupe le logement jusqu’à son décès ou son transfert dans une maison de retraite.

Une fois, le type de viager choisit, le calcul de la rente dépend de plusieurs critères, dont :

  • la valeur actuelle du bien,
  • la mise de départ (équivalente à un apport) perçue par le vendeur à la signature du contrat,
  • l’âge du vendeur,
  • son état de santé.