Location classique ou saisonnière : fonctionnement de l’imposition des loyers en Espagne

picto agence immobilière valence

Le choix entre la location conventionnelle (classique) et la location de vacances (saisonnière) doit se faire en connaissance de cause : Quelle est la fiscalité applicable à chaque cas ? Comment cela fonctionne t-il ? Quel contrat privilégier ? 

Impôts sur le revenu en Espagne : Quelles différences entre location à court et long terme ?

Vous êtes propriétaire d’un logement en location en Espagne ? À ce titre, il vous faut déclarer vos revenus à l’administration fiscale espagnole, Hacienda. Préparer en amont cette déclaration est une étape essentielle. En connaissant vos droits, vos devoirs et les possibilités de réductions d’impôts qui s’offrent à vous, vous pourrez ainsi éviter tout risque de retard et de majoration ainsi que minimiser le montant de l’impôt à régler.

En Espagne, les revenus issus de la location d’une maison ou d’un appartement sont imposés à l’IRPF : Impuesto sobre la Renta de las Personas Fisicas, l’équivalent de l’impôt sur les revenus des personnes physiques en France. Toutefois, en fonction du type de contrat de location concerné, les revenus sont soumis à des modalités de calcul différentes. Location saisonnière ou conventionnelle, comment bien déclarer les loyers perçus en Espagne ?

Imposition d'une location immobilière conventionnelle

Vous êtes propriétaire d’un logement que vous louez à long terme ? Dans ce cas, vous êtes directement concerné par l’imposition des locations conventionnelles.

Bien que les loyers perçus soient souvent inférieurs à ceux des locations saisonnières, les revenus des locations à long terme bénéficient d’une fiscalité particulièrement avantageuse : en effet, il est alors possible de déduire 60 % de ses revenus locatifs, en supplément de la déduction classique des frais courants (assurance, entretien, factures…).

La base d’imposition des locations immobilières conventionnelles est donc déterminée de cette manière :

Base imposable = (loyers perçus au cours de l’année fiscale x 60 %) – charges déductibles.

Deux personnes discutent sur la location classique

Fiscalité relative aux contrats de location saisonnière

Deux personnes discutent sur la location saisonnière

Les locations saisonnières s’entendent être des contrats à court terme dont la durée varie généralement entre quelques jours et quelques semaines. Très touristique, l’Espagne réunit une forte demande, à la fois d’espagnols et d’étrangers, et un parc immobilier conséquent.

Profitant de ce contexte et de la possibilité de percevoir des recettes plus élevées, de nombreux investisseurs immobiliers s’orientent vers ce type de placement. À l’instar des locations conventionnelles, les locations saisonnières à court terme ouvrent droit à la déduction des frais courants évoqués précédemment. Nuance importante : seuls les frais engagés pendant les périodes où la maison ou l’appartement est en location peuvent être déduits. 

Si les locations saisonnières affichent une rentabilité supérieure, il est essentiel de tenir compte du fait que la réduction de 60 % des revenus locatifs est, depuis plusieurs années, exclusivement réservée aux locations à long terme. Impossible alors pour le propriétaire d’un logement de vacances de réduire son imposition par ce biais.

Quel type de contrat de location préférer ?

Pour tout futur propriétaire, s’intéresser de près au type de contrat de location est donc indispensable afin d’effectuer un choix pertinent en considérant le marché, les loyers prévisionnels et la fiscalité applicable. Pour simplifier cette étape, il est toutefois possible de s’adresser à un expert immobilier : le conseiller spécialisé. Celui-ci fait profiter tous ses clients de ses connaissances dans l’objectif de les aider à prendre les bonnes décisions.

Encore un doute ? Contactez-nous !

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité.